palabre

Bienvenue sur mon blog

  • Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 3 juin 2009

3 juin, 2009

Le Niger Victime de son Uranium

Classé dans : Analyse — palabre @ 13:41

Le niger est une ancienne colonie française et un de ces nombreux pays africains francophones qualifiés de pays en voie de développement. A l’heure de la mondialisation dont l’Afrique est la grande absente, « cela signifie que sa population est dans une voie sans issue pendant que les bénéfices dégagés sur place par de grandes sociétés occidentales se développent » . Comme de nombreux pays d’Afrique, le niger possède dans son sol des richesses rares et grandement convoitées, mais dont les fruits ne profitent qu’à quelques firmes transnationales occidentales et à une poignée de dirigeants locaux s’enrichissant de la spoliation de son propre peuple. Mais dans un pays comme le niger, le pétrole y est apparu moins comme un miracle que comme un facteur de déstructuration d’une société en quête d’identité, du fait de la captation d’une rente financière importante par un groupe limité : c’est ce que les économistes appellent communément « la malédiction du pétrole ».

En effet, « la dépendance économique, l’appât du gain des multinationales, qui jouent sur le continent comme dans un grand casino ouvert à tous les vents, et la corruption d’élites peu représentatives se conjuguent pour priver les peuples des retombées de leurs immenses richesses » . Alors, que le prix du baril de pétrole reste élevé, les appétits énergétiques des grandes puissances occidentales s’aiguisent et se font de plus en plus féroces envers le continent africain. Le niger est, par conséquent, un territoire d’enjeu économique important pour l’industrie énergétique du fait des ressources pétrolières et uranifères dont le sol nigérien regorge, rappelons que le sous-sol de ce pays « représente les stocks d’uranium disponibles les plus importants au monde » . L’exploitation de ses ressources est donc au centre de toutes les convoitises internationales, notamment pour l’ancienne puissance coloniale qu’est la France qui a su maintenir sa présence sur le territoire du niger, notamment via la société française Areva, le géant mondial du nucléaire, qui est le premier opérateur privé du pays et qui, de par sa situation monopolistique, peut unilatéralement imposer ses conditions au gouvernement nigérien.

C’est d’ailleurs dans cette optique on s’en souvient que le President Francais Nicolas Sarkozi à clairement soutenu l’idée de Tazartché du Président Tandja. La france ne pouvait pas se permettre de perdre un grand ami meme au prix du sang des pauvres nigériens innocents. »comme quoi la france n’as  pas des amis mais des intérêts »,

Analyse des enjeux de l’uranium Nigerien

Classé dans : Analyse — palabre @ 12:52

Analyse des enjeux de l'uranium Nigerien dans Analyse doc analyse.doc

 

 

Déclaration du Front pour la Défense de la Démocratie (FDD)

Classé dans : Declaration — palabre @ 11:43
Déclaration du Front pour la Défense de la Démocratie (FDD)   Imprimer E-mail
Écrit par Le Front pour la Défense de la Démocratie   
Mercredi, 03 Juin 2009 06:57

Le Front pour la Défense de la DémocratieLes organisations de la Société Civile et Partis Politiques membres du Front pour la Défense de la Démocratie, réunies le 1er juin 2009 à l’effet d’examiner la situation politique nationale font la déclaration suivante:
•    Considérant la Constitution du 9 Août 1999 ;
•    Considérant l’avis N° 02 de la Cour Constitutionnelle en date du 25 Mai 2009 déclarant anticonstitutionnel le projet de référendum ;
•    Considérant le message à la nation du Président de la République en date du 29 Mai 2009 annonçant l’organisation prochaine d’un référendum ayant pour objectif de lui octroyer une prolongation de mandat de trois (3) ans… • Constatant, l’entêtement du Président de la République à organiser son référendum malgré l’avis de la Cour Constitutionnelle et en dépit de l’impossibilité légale et constitutionnelle, au risque de violer son serment coranique et commettre un acte de haute trahison ;
•    Constatant le rejet pur et simple des conseils à lui prodigués par les sages de la CEDEAO sur le caractère anticonstitutionnel de son référendum et la remise en cause de la démocratie ;
•    Rappelant au Président de la République qu’après le 22 décembre 2009, il n’est plus Président de la République du Niger conformément à la Constitution du 9 Août 1999 et par conséquent le traiterons comme un simple citoyen ;

Nous, Organisations de la Société Civile et Partis Politiques, regroupés au sein du FDD, très attachés à la Constitution du 9 Août 1999 et à la démocratie :
1.    Attirons l’attention des chefs traditionnels sur l’impérieuse nécessité de se préserver et de respecter leur statut conformément à la tradition, aux lois et règlements de la République ;
2.    Décidons d’engager des poursuites judiciaires contre les Gouverneurs et Préfets complices de cette entreprise anticonstitutionnelle ;
3.    Demandons aux chefs traditionnels de s’abstenir de tout comportement anticonstitutionnel notamment le soutien au projet « Tazartché » du Président de la République.

4.    Attirons l’attention des Ulémas, témoins du serment coranique du Président de la République, sur leurs obligations de l’interpeller en vue du respect par lui de cet engagement sacré;
5.    Rejetons la décision irresponsable et anticonstitutionnelle du Président de la République d’organiser le référendum ;
6.    Affirmons notre détermination à combattre ce projet par tous les moyens que nous autorise la Constitution du 9 Août 1999.
7.    Remercions les Organisations, les Pays amis, tous les démocrates de part le monde pour leur prise de position visant à concourir à la préservation de la paix sociale et des acquis démocratiques et Républicains au Niger ;

8.    Déplorons la situation survenue à Dosso et rendons en directement responsable le Président de la République ;
9.     Le FDD apporte tout son soutien moral aux blessés et leur souhaite un prompt rétablissement ;
10.    Exigeons la libération de tous les citoyens interpellés suite à ces évènements ;
11.    Exigeons la tenue des élections législatives anticipées dans les délais imposés par la loi ;
12.    Lançons un appel à toutes les militantes et les militants pour une mobilisation générale afin arrêter le processus de remise en cause de la démocratie engagé par le Président de la République sortant.
Prenons de nouveau à témoin la communauté internationale sur la poursuite de la dérive autoritaire et ses conséquences imprévisibles voulues et planifiées par le Président de la République sortant.

Fait à Niamey le 2 juin 2009

 

Langue de bois |
La Feuille Moissagaise |
Les Jeunes CDH Verviétois |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Services d’intérêt économiq...
| Le Blog-Notes d'Yves Baumul...
| RÉFLEXIONS D'UN CITOYEN