palabre

Bienvenue sur mon blog

15 mai, 2009

Declaration du Bureau politique de CDS Rahama

Classé dans : Declaration — palabre @ 16:49
Declaration du Bureau Politique CDS Rahama sur le schéma « Tazartché » proposé au président de la république…      
Écrit par Bureau Politique CDS Rahama   
Vendredi, 15 Mai 2009 10:37

President OusmaneLe Bureau Politique du CDS Rahama s’est réuni ce 14 mai 2009 en vue d’analyser la situation sociopolitique nationale. A l’issue de cette réunion, le bureau politique National fait la déclaration suivante.
Notre pays, le Niger, connait depuis quelque temps un regain d’activités politiques ponctuées par des déclarations, des marches et des meetings  avec en toile de fond la perspective d’un référendum pour soumettre au peuple nigérien  souverain une constitution de type présidentiel devant conduire le pays à une sixième république.
Faut-il le rappeler, le débat politique était dominé depuis cinq mois par l’anticivisme de groupes de pression se réclamant du « Tazarché », partisans d’une prolongation non constitutionnelle du mandat du président de la république et les autre acteurs de la scène politique nationale qui tiennent à rester fidèles  aux textes fondamentaux dont notre pays s’est doté et aux règles du jeu démocratique.
Conscient que le schéma « Tazartché » proposé au président de la république consistait ni plus ni moins à l’amener à violer son serment par lequel il est tenu de respecter et faire respecter la constitution et de veiller à la neutralité de l’administration, notre parti, la convention démocratique et sociale Rahama (CDS-Rahama) avait déjà, dans sa déclaration du 4 janvier 2009, insisté sur la nécessité de veiller strictement au respect des textes fondamentaux de la république et de défendre la démocratie chaque fois que celle-ci est soumise à rude épreuve.

Mais depuis le vendredi 8 mai 2009, la nouvelle donne du débat politique national est l’annonce par le Ministre de la communication porte-parole du gouvernement du recours au référendum pour soumettre au peuple nigérien une nouvelle constitution. Force est de constater que cette démarche tout à fait singulière à propos d’un sujet d’aussi grande importance pour la nation nigérienne ne semble pas découler d’un consensus politique national. Il existe pourtant des mécanismes originaux de concertation dont le Niger a toutes les raisons d’être fier, notamment le conseil National de Dialogue politique dont le rôle de régulation et de prévention des conflits est unanimement reconnu par la classe politique  nigérienne et au plan international.

A ce propos, c’est parce que les nigériens se souviennent des soubresauts sociopolitiques survenus de 1996 à 1999, soubresauts ayant jeté le discrédit sur l’image de notre pays et entrainé le blocage de son développement socio-économique qu’ils ont mis en place les mécanismes régulateurs mentionnés tantôt.
Le CDS Rahama occupe une position particulière sur l’échiquier politique nigérien depuis une dizaine d’années. En effet par deux fois notre parti a constitué le principal soutien au succès de la candidature de Monsieur  Mamadou Tandja, candidat du MNSD Nassara, à la Magistrature suprême. Dans l’exercice du pouvoir le CDS Rahama a œuvré inlassablement pour l’avènement d’une véritable stabilité politique et institutionnelle. Du reste, c’est cette stabilité politique et institutionnelle qui a permis de concrétiser les grandes réalisations et les grands chantiers du Niger d’aujourd’hui.

Nous sommes aujourd’hui en mesure d’affirmer que la stabilité politique et institutionnelle est menacée dés lors que les mécanismes ordinaires de concertation de la classe politique sont contournés et les autorités administratives régionales, départementales et coutumières soumises à rude épreuve dans leur obligation de neutralité sur le terrain politique.
Le CDS Rahama demeure convaincu qu’il n’y a d’Etat et de progrès que s’il y a stabilité et fonctionnement régulier des institutions de la république et de l’Administration dans le respect de leurs attributions et de leurs prérogatives.

Profondément attaché à la stabilité politique et institutionnelle, à la forme républicaine de l’Etat ; au respect de tous les textes fondamentaux adoptés par notre peuple et au respect des règles démocratiques, le CDS Rahama, membre de l’alliance des forces démocratiques pour la république (AFDR), alliance jouissant d’une large majorité parlementaire soutenant l’action du gouvernement en place :
1.    Déplore la manière singulière dont le processus de changement de constitution a fait irruption dans le débat politique national.

2.    Attire l’attention du président de la république sur le caractère inconstitutionnel du processus envisagé pour le changement de la loi fondamentale ;

3.    Invite le président de la république à se placer au dessus de la mêlée et à ne pas céder à l’activisme des groupes de pression dont le résultat ne peut conduire qu’à le placer dans un chemin sans issue ;

4.    Lance un appel aux militantes et militants du CDS Rahama pou s’investir pleinement dans la préparation des futures élections locales et générales de 2009.   
                                                                      
                                      

Fait à Niamey le 14 mai 2009

Laisser un commentaire

 

Langue de bois |
La Feuille Moissagaise |
Les Jeunes CDH Verviétois |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Services d’intérêt économiq...
| Le Blog-Notes d'Yves Baumul...
| RÉFLEXIONS D'UN CITOYEN